Catalogues d’expositions

2006

Traces de Mémoire

Archives de l’Université Centrale Européenne

A l’occasion du 50ème anniversaire de la révolution hongroise de 1956, les Archives OSA ont copié et numérisé les interviews des réfugiés hongrois enregistrées en 1957 et 1958 dans le cadre du projet de recherche de la Columbia University (CURPH). Après l’écrasement de la révolution, près de deux cent mille de nos compatriotes ont quitté la Hongrie à la recherche d’une nouvelle patrie. Ils ont été les témoins non seulement des événements de la révolution, mais aussi du quotidien du régime communiste. Durant le règne de Staline – et même longtemps après la mort du dictateur – le bloc soviétique était un univers clos. Seules les images de propagande créées par le régime ont pu passer le rideau de fer. Ces images étaient à la fois mystérieuses et menaçantes pour l’observateur externe. L’Occident était assoiffé d’informations sur la réalité du communisme. Les réfugiés hongrois – tout comme leurs prédécesseurs d’Europe de l’Est qui avaient réussi à s’échapper dans les années 1950 et qui avaient emporté avec eux toutes leurs expériences – ont servi de source incontournable à quiconque souhaitait examiner les secrets du communisme. L’intérêt spécial qui entourait les réfugiés hongrois était non seulement dû au nombre jamais vu de personnes qui débarquaient, mais aussi à ce qu’ils arrivaient d’un pays où l’impensable avait eu lieu : un peuple a réussi d’un seul coup à renverser le régime communiste que tous pensaient inébranlable. Les chercheurs occidentaux espéraient que les comptes rendus des réfugiés hongrois permettraient non seulement d’en savoir davantage sur la nature du régime staliniste, mais aussi de découvrir le mystère de son effondrement. […]

Cette année, les Archives OSA ont l’honneur de pouvoir exposer pour la première fois à Budapest les dessins de l’artiste Endre Rozsda illustrant la Hongrie des années 1950 et pour la plupart inconnus au grand public. L’idée était naturelle d’associer le journal illustré de l’artiste hongrois émigré en 1956 aux témoignages oraux des réfugiés de la révolution hongroise. Il est possible de grouper les travaux de Rozsda par thèmes : vie des paysans, salle de conférence, meeting politique, concert, vie littéraire, café, bains, hôpital. Des extraits directement ou indirectement liés à ces thèmes étaient faciles à trouver dans les interviews. Nous avons cité ici des réfugiés anonymes. […] Nous espérons que les extraits d’interviews complètent la perception des illustrations d’Endre Rozsda et que leur association ouvre une fenêtre sur un monde qui a probablement été sérieusement ébranlé pour la première fois par la révolution hongroise de 1956.

András Mink

Exposition Traces de Mémoire

PDF - 1.3 Mo
Catalogue Traces de Mémoire